Lutter contre les bouffées de châleur

Hé oui, si la ménopause nous soulage de certains inconvénients elle nous en apporte d’autres.

Par exemple ces « fameuses » et célèbres bouffées de chaleur, célèbres mais fameuses ? on s’en passerait bien volontier.

Voici quelques petits trucs pour les calmer sinon les supprimer totalement.

1 – Rester sexuellement active :couples-amoureux copie

Selon plusieurs études, celles d’entre nous qui ont une activité sexuelle régulière ont moins de bouffées de chaleur que les autres ! Pour les chercheurs, une pratique fréquente stimulerait les ovaires défaillants, d’où une régulation du taux d’œstrogènes…
Conseil : pour éviter de faire chambre à part, pensez à vous doter de deux couettes, une pour vous, une pour lui ! Ainsi, en cas de sudations nocturnes, vous n’aurez aucun scrupule à vous découvrir, et vous serez sûre de ne pas réveiller votre voisin !

2 – Se rafraîchir : femmme-douche

Les bouffées de chaleur se caractérisent par une brusque élévation de la température corporelle. Souvent, il suffit donc, pour se sentir mieux, de se rafraîchir un peu. Où que vous soyez, prenez une boisson froide, si nécessaire glacée. Chez vous, optez pour une douche fraîche dès les premières manifestations de la bouffée. Et si vous êtes à l’extérieur, pensez à vous offrir un éventail, à vous munir de lingettes humides ou d’un brumisateur. Dernier truc : sachez que se passer le visage sous l’eau froide suffit à sentir mieux, en général.

3- Surveiller son alimentation :coeur légumes

Évitez les repas trop lourds et trop copieux. Tâchez plutôt de fractionner en prenant cinq à six collations par jour. Cette habitude nutritionnelle permet à l’organisme de mieux réguler sa température. Vous pouvez aussi mettre l’accent sur certains aliments comme le soja, le fenouil, le brocoli, l’avoine, la sauge ou le riz, qui contiennent des phyto-oestrogènes (des hormones synthétisées par les plantes). Enfin, sachez qu’il vaut mieux ne pas abuser du vin et des plats épicés qui augmentent la chaleur corporelle.

Essayer la phytothérapie :

Il y a également des solutions phytothérapiques anti bouffées dont l’action n’est pas hormonale. Leur but : calmer et détendre. Un médecin phytothérapeute peut donc recommander l’eschoscholtzia, la passiflore ou la valériane par exemple, en complément ou non d’un traitement classique.

4 – Respirer : femme-respiration-pollen

Pratiquer des exercices de respiration pourrait réduire les bouffées de chaleur de 50 % et diminuer significativement leur intensité. C’est en tout cas la conclusion de plusieurs études américaines menées à l’université de Wayne State. Hypothèse avancée par les scientifiques : respirer profondément ferait baisser le taux de stress, donc la température corporelle. L’idéal pour obtenir des résultats probants serait de passer d’environ 16 cycles respiratoires par minute (inspiration puis expiration) à… huit !

5 – Porter des vêtements en fibres naturelles : coton

Les vêtements en matières synthétiques empêchent la peau de respirer, retiennent la chaleur et la transpiration… Évitez-les, ils favorisent la survenue des bouffées et augmentent leurs effets ! Mieux vaut leur préférer des fibres naturelles comme le lin, le coton ou la laine, qui laissent passer l’air.
Autres conseils vestimentaire : optez pour les superpositions de vêtements plutôt que pour les gros pulls. Cette option permet de se découvrir en fonction de ses besoins. Enfin, évitez les vêtements trop ajustés qui étouffent l’épiderme…

 

Publicités

Méthode « 4-7-8 » : comment s’endormir en 60 secondes

L’ancien praticien de 72 ans, adepte des médecines douces et de la sophrologie, promet un endormissement en 60 secondes. Basée sur le « pranayama », cette technique indienne, proche du yoga et signifiant « régulation de la respiration », doit se pratiquer en ayant toujours le dos bien droit et les pieds qui touchent le sol. Il faudra ensuite coller sa langue sur le palais, derrière les dents.
S’en suit la séquence de respiration.
A renouveler trois fois
Expirez pour commencer par la bouche, tout l’air contenu dans vos poumons, en faisant le son « whoosh ». Fermez ensuite la bouche et inspirez doucement par le nez en comptant mentalement jusqu’à 4.
Puis retenez votre respiration en comptant mentalement jusqu’à 7. Enfin, expirez à nouveau par la bouche, en comptant mentalement jusqu’à 8 et en faisant à nouveau le son « whoosh ». L’opération doit être renouvelée trois fois d’affilée.
Toutefois, le médecin avertit les personnes intéressées par le « 4-7-8 » : « Ce n’est pas une méthode que l’on fait une fois et que l’on réussit du premier coup. Elle requiert un minimum d’exercice mais est d’une simplicité enfantine », a-t-il confié au Telegraph.

Et pour ceux qui échoueront à s’endormir vite malgré le respect des consignes, le médecin rassure. Il prétend que sa méthode servirait aussi de combattre l’anxiété. « Elle permet de réguler sa respiration et d’apporter plus d’oxygène aux poumons, ce qui offre ainsi un effet plus relaxant au système nerveux. Elle vous calmera en vue de votre prochaine nuit », a-t-il conclu. Avis donc aux amateurs…